Revue du 20 octobre 2009

Le Gouvernement Fédéral attribue 950 millions de dollars pour le développemnt du delta du Niger. ( Thisday)

Le président Umaru Yar’Adua a ordonné que la part du gouvernement fédéral des 2 milliards de dollars d’assistance deviaitt être assignée au programme de post-amnistie et au développement du delta du Niger en attendant la confirmation par l’Assemblée Nationale.
La part du gouvernement fédéral - 950 millions de dollars - serait exclusivement dédié aux projets dans la région productrice de pétrole

Les projets prévus selon Thisday sont les routes d’est en ouest, la construction de voies ferroviaires et l’estimation de l’impact sur l’environnement « Environmental Impact Assessments » (EIAs).

Le Président Yar’Adua et M. Okah s’engagent dans des discussion à huis clos. ( Thisday, Vanguard…)

Le président Umaru Yar’Adua a rencontré l’ancien dirigeant du mouvement pour l ‘émancipation du delta du Niger (MEND), Henri Okah, à la présidence ou les deux ont eu des discussions portant sur le programme de post-amnistie.
Le porte parole de la présidence, Olusegun Adeniyi, a confirmé cette rencontre mais n’a donné aucun détails sur le résultat de la réunion.
La visite de M. Okah a été organisée à la demande du président Yar’Adua comme un élément du dialogue en cours avec plusieurs groupes et particulièrement avec les principaux anciens militants.

Le delta du Niger recevra 10% des revenus du pétrole. ( Daily Trust)

10% des revenus de la compagnie pétrolière du Nigeria seraient remis aux populations du delta du Niger afin de consolider le programme initié par le président Umaru Yar’Adua de restaurer la paix dans la région.
Les quotidiens rapportent que le conseiller du président pour le pétrole, Emmanuel Egbogah, a fait cette déclaration, estimant que le président Yar’Adua soutenait cette proposition.
M. Egbogah a indiqué que le président s’apprêtait à ajouter cette proposition à des réformes que le gouvernement espère mettre en œuvre dès la fin de cette année.
Ces 10% annoncés modifieront le projet de loi sur la réforme des compagnies pétrolières à l’Assemblée nationale.
Le président de la NNPC, Mohammed Barkindo, a pour sa part confirmé que des discussions étaient en cours pour trouver des mesures visant au partage des revenus du pétrole entre les 9 Etats producteurs de pétrole.

Crainte dans l’Etat de Lagos à propos d’un soudain afflux de personnes « étranges ».( The Guardian)

The Guadian écrit que la persistance d’un afflux de personnes «étranges» dans l’Etat de Lagos a mis les agents de sécurité en alerte.
Le commissaire de la police de l’Etat, Marvel Akpoyibo,a demandé aux résidents de l’Etat d’être vigilants et de bien vouloir rapporter à la police tous les mouvement suspects.
Le commissaire de la police s’est dit préoccupé par le nombre de personnes qui arrivaient dans l’Etat et qui traînaient dans les rues.

620 milliards de nairas pour le sauvetage de la banque : un Représentant engage des poursuites judiciaires contre le président de la Banque Centrale du Nigeria (BCN), Sanusi et contre le Procureur Général de la Fédération, Aondoakaa. ( Vanguard, Thisday…)

Un responsable de la Chambre des Représentants, Femi Gbajabiamila, a intenté un procès contestant la décision prise par la banque Centrale du Nigeria de voter 620 milliards de nairas au profit des 8 banques en danger.
Le Représentant a aussi impliqué le Procureur Général de la Fédération égalemenent ministre de la justice, Michael Aondoakaa .
Dans les convocations déposées auprès d’une cour à Lagos le 12 octobre, le plaignant prie la cour de déterminer si la constitution de 1999 a autorisé les deux défenseurs à prendre une telle décision sans la confirmation de l’Assemblée Nationale.

Bakassi : l’Etat de Cross River accuse la république du Cameroun d’avoir enfreint l’accord de « Green Tree » : (Thisday)

L’Etat de Cross River a accusé la République du Cameroun d’avoir enfreint l’accord de « Green Tree » qui a défini les termes de remise du pouvoir de la péninsule de Bakassi, estimant que le Cameroun restait responsable de la crise dans la région.
Thisday rapporte que les nationaux Nigérians qui viennent dans la péninsule ont porté plainte pour harcèlement de la part de gendarmes camerounais qui empêcheraient les paysans de pêcher dans les cours d’eaux.
S’adressant aux journalistes à Calabar la capitale de l’Etat, le Directeur – Général de « Cross River State Border Communities Development Commission », M. Leo Aggrey a estimé que le manque de coopération de la part des autorités camerounais était à l’origine du retard du développement des communautés bordant les frontières de la péninsule.

Dernière modification : 20/10/2009

top of the page