Revue du 29 juillet 2009

La confrontation continue à Maiduguri entre les militaires et les fondamentalistes. Le président Yar’Adua estime que les événements dans le nord ne sont pas seulement liés à la religion. Les résidents de Maiduguri se réfugient dans les zones contrôlées par les militaires. La police renforce la sécurité dans les Etats (Thisday, The Guardian, Daily Trust, Vanguard,The Nation, The Punch...)

Les militaires ont attaqué hier le siège et la maison du chef des fondamentalistes du groupe « Boko Haram » (l’éducation est un pêché), Yusuf Muhammed, à Maiduguri dans l’Etat de Borno. Le nombre des victimes de l’attaque n’est pas encore confirmé mais la presse l’évalue à 300 depuis le week-end, les fondamentalistes étant les plus touchés.
L’agence National Emergency Management Agency (NEMA) a distribué des secours aux personnes déplacées dans l’Etat de Borno.
Le calme est revenu dans les autres Etats du Nord.
Le président Umaru Yar’Adua, qui a quitté le pays hier pour une visite officielle de trois jours au Brésil, a estimé que la violence dans le Nord n’est pas liée seulement à la religion. M. Yar’Adua a indiqué que les forces de sécurité ont pris le contrôle de la situation et que le calme sera restauré dans tous les Etats dès aujourd’hui.

La police en alerte à Abuja (Thisday).

Selon Thisday, des craintes étaient perceptibles hier dans la capitale, suite aux violences dans certains Etat du Nord.
50 véhicules de la police ont patrouillé certains quartiers d’Abuja.
Le porte parole de la police, Emmanuel Ojukwu, a déclaré qu’il s’agissait d’opérations de routine et qu’il n’y avait pas de crainte à avoir.

Le Sénat s’apprêt à augmenter le budget des forces de sécurité. La Chambre des Représentants condamne les tueries et demande aux chefs des forces de sécurité d’engager des enquêtes (The Guardian, Thisday).

Le Sénat a décidé hier de délibérer de l’augmentation de l’allocation budgétaire des forces de sécurité dans le pays.
Le porte parole de la commission sénatoriale sur la communication, Ayogu Eze, a marqué que le Sénat condamne les événements au Nord du pays.
Les Représentants ont également condamné les violences et ont demandé l’ouverture d’une enquête sur les activités du groupe « Bako Haram ».
Les parlementaires ont menacé de démettre les responsables des forces de sécurité qui échoueront à prévenir de telles attaques à l’avenir.

Le gouvernement fédéral s’apprête à dialoguer avec l’Etat de Lagos. (Thisday, The Guuardian, The Punch, The Nation...)

Le président a indiqué que le gouvernement fédéral a choisi le dialogue avec l’Etat de Lagos, sur la question de la création de gouvernement locaux supplémentaires.
Le gouvernement fédéral veut convaincre l’Etat de Lagos de revenir à 20 gouvernements locaux, comme il est prévu dans la constitution, et de dissoudre les 37 gouvernements locaux crées en 2005.
Le gouvernement menace de prendre d’autres mesures si le dialogue avec l’Etat de Lagos n’aboutit pas.

Grève dans les universités. (Thisday, The Guardian, The Punch...)

Le président Yar’Adua a indiqué que le gouvernement fédéral est presque arrivé à un accord avec les professeurs d’université qui satisfera leurs demandes.

Amnistie : les Gouverneurs du Sud – Sud continuent à s’opposer au projet d’amnistie tel qu’il est présenté par le gouvernement . Les centres de rassemblement des armes rendues par les militants seront dévoilés pendant le week-end. (Vanguard, Thisday)

Les Gouverneurs du sud – sud s’opposent toujours au projet d’amnistie du gouvernement fédéral pour les militants du Delta du Niger. Selon eux le gouvernement n’a pas défini de politique de l’après amnistie.
Ils ont cependant estimé à la sortie d’une réunion dans l’Etat de Lagos que l’amnistie ne doit pas échouée, avertissant le gouvernement des conséquences négatives si le projet échoue.
Le porte parole de la commission présidentielle sur l’amnistie, Dr. Timiebi Korimapo-Agary, a révélé que différents centres de rassemblement des armes remises par les militants repentants seront présentés pendant le week-end.
Mme. Korimapo-Agary a estimé que le désarmement sera effectif entre le 6 août et le 6 octobre 2009.

Dernière modification : 29/07/2009

top of the page