Déplacements au Nigeria

Les déplacements sont formellement déconseillés (zone rouge de la carte ci-dessous) dans les Etats de Kano, Jigawa, Yobe, Bauchi, Borno, Gombe, Adamawa, ainsi qu’au Sud du pays dans les Etats de Delta, Bayelsa, Rivers et Akwa Ibom.

JPEG

L’engagement de la France au Mali puis contre Daesh a suscité des menaces explicites contre les intérêts et les ressortissants Français.

Les risques d’enlèvement et d’attentat aveugle imposent la plus grande vigilance sur l’ensemble du territoire nigérian.

S’agissant des Français dont la présence est impérative en zone orange, une extrême prudence leur est recommandée. Ils limiteront leurs déplacements au strict nécessaire et se conformeront aux recommandations en vigueur pour tenir compte de l’aggravation du risque terroriste au Nigeria.

Sur l’ensemble du territoire, les comportements doivent être adaptés pour tenir compte de ce contexte périlleux : dans les déplacements il convient de varier ses itinéraires autant que possible quel que soit le mode de déplacement, de surveiller ou faire surveiller son véhicule et d’être attentif aux mouvements alentour ; il convient de s’assurer de l’absence de mesures restrictives de circulation et d’éviter l’usage des transports en commun.

Les lieux publics fréquentés tels que les grands hôtels, les administrations, l’abord des représentations diplomatiques et celui des lieux de culte doivent être évités en particulier aux dates dont la portée symbolique est forte telles celles des grandes fêtes religieuses, chrétiennes ou musulmanes, et des grands évènements publics.

Les personnes non inscrites au registre consulaire sont invitées à se signaler au consulat de France le plus proche et, pour les Français de passage, à s’inscrire sur le site Ariane.

GIF

Dernière modification : 23/03/2017

Haut de page